SIÈGE DE LA BEAC

+ infos
OYO, RDC
retour
    MAÎTRISE D’OUVRAGE
    BEAC
    PROGRAMME
    Bureaux
    SURFACE
    4 600 m²
    CALENDRIER
    2014
    MISSION
    Concours

L’architecture générale du bâtiment met en scène l’institution de la Banque des Etats d’Afrique Centrale avec une façade principale monumentale. Imposante par sa longueur et débordant du socle bâti en formant un porte-à-faux impressionnant, son traitement contemporain et technologique exprime la force de la BEAC, ainsi que l’assise et l’autorité de l’institution.

Le climat tropical d’Oyo demande qu’une attention toute particulière soit donnée à la protection solaire des bâtiments et à leur traitement thermique. Par ailleurs, ce nouveau bâtiment se trouve à proximité de l’hôpital d’Oyo, et participe donc à l’affichage de la modernité architecturale dans la ville. Il doit donc exprimer l’inscription de la BEAC dans le XXIème siècle, par une architecture contemporaine audacieuse et simultanément rigoureuse.
Le socle du bâtiment a une valeur tellurique, et nous l’avons revêtu d’une peau de béton matricé évoquant un surgissement de matière émergeant du sol, s’arrachant à la nature pour former le bâtiment. Dans les pans de matière ainsi créés, viennent s’insérer les fenêtres et ouvertures des bureaux et activités du rez-de-chaussée. Ce socle est de couleur rouge terre, afin de mettre l’accent sur l’harmonie créée entre la nature environnante et la construction.
Le bâtiment de bureaux est construit sur le principe d’une double peau mobile. L’enveloppe est en éléments verriers modulaires de 1,35 m de large. A chaque niveau une étroite passerelle en caillebottis d’acier galvanisé est placée entre cette façade et sa protection de ventelles métalliques. Ces ventelles sont mobiles et peuvent être relevées pour former des auvents au-dessus des fenêtres des bureaux.
Le hall est un volume vertical accroché au bâtiment de bureaux, qui relie les deux composants du projet. A l’intérieur un vide se déploie sur toute la hauteur des constructions. Il est protégé par un auvent de ventelles, qui zigzague en façade jusqu’à l’entrée.